Affiche du film "Gamines" de Eléonore Faucher.

Affiche du film "Gamines" de Eléonore Faucher.

En salle depuis le 16 décembre, l’adaptation cinématographique de « Gamines« , le troisième roman de l’actrice Sylvie Testud, récolte de bonnes critiques presse (tout comme le roman avant lui). Muze aimant  Sylvie Testud  (voir nos numéros de janvier 2005 et de mai-juin 2008), il était tout naturel que nous vous donnions notre avis sur le film réalisé par Eléonore Faucher.

Voir ses mots transposés à l’écran est souvent source d’angoisses pour les écrivains. Le risque était d’autant plus grand que le récit de Sylvie Testud est largement inspiré de sa propre histoire et que la réalisatrice a choisi seule d’exclure ou de conserver quelques passages du récit. Pourtant, la comédienne, qui incarne son propre rôle dans le long métrage, se dit séduite par le travail d’Eléonore Faucher.

Le regard sensible d’une femme sur la vie de quatre femmes.
Corinne, Sybille et Georgette, trois sœurs, vivent avec leur mère sur les hauteurs de Lyon. Soudées, la petite tribu n’en est pas moins perturbée par l’absence de leur père dont personne ne leur dit rien. De conciliabules secrets au cours desquels elles échafaudent des théories farfelues en découvertes inopinées (notamment d’une boîte de photographies) en passant par des informations chipées au vol, elles tentent de s’approprier le fantôme paternel.

En première ligne sur le front des interrogations, Sybille, 10 ans. Un garçon manqué bagarreur et désinvolte prunelles bleues et aux longs cheveux blonds. Blonds ! C’est bien là le problème : dans le clan familial Italien elle détonne. Etant le portrait craché de son Français de père, ses proches lui attribuent de facto le rôle de remplaçant, le rôle de l’homme aux côtés de sa mère. Inconfort garanti !

Gamines, un roamn de Sylvie Testud.

Gamines, un roman de Sylvie Testud.

Si dans le livre le fil narratif respecte plus ou moins le déroulement chronologique des événements, dans son film Eléonore Faucher brouille les pistes en intercalant des faits vécus par Sybille à 10 ans et à 30 ans. Les retrouvailles avec Antoine, le père, ne font donc guère de mystères. Pourtant, le scénario convainc et happe rapidement.

La couleur d’un univers.
Il se dessine dans les images, les cadrages d’Eléonore Faucher une atmosphère singulière, lyrique et profonde qui était déjà à l’oeuvre dans son premier film « Brodeuses » (2004).
Le ton est légèrement plus grave que dans le roman, même si cela n’exclut en rien les sourires et les rires. Sybille, petite fille désinvolte et frondeuse qui masque ses doutes et sa douleur, ne manque pas de répartie.
Les jeunes comédiennes, Louise Herrero (Corinne), Zoé Duthion (Sybille) et Roxane Monnier (Georgette) portent remarquablement le film. Quant à Amira Casar (dans le rôle de la mère) elle s’avère touchante.

« Gamines » explore donc avec finesse le monde de l’enfance, les questions des relations mère-fille, père-fille, la construction de l’identité avec des pièces manquantes, les dualités liées à l’identité individuelle et à la place que la famille vous assigne.

EN SAVOIR PLUS…
« Gamines » un film d’Eléonore Faucher,

sortie en salles le 16 décembre 2009.

Avec Amira Casar, Sylvie Testud, Marc Barbé, Zoé Duthion

Site du film : www.gamines-lefilm.com
Comédie dramatique adaptée du livre éponyme de Sylvie Testud,
disponible aux éditions Livre de Poche, 256 pages, 6€

Anne-Laure Bovéron

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: