De beaux albums à écouter… Deux femmes aux univers envoûtants.

Nouveauté :

Muze avait aimé Daphné, Prix Constantin 2007, et lui avait consacré quelques mots . Après L’Emeraude (2005) et surtout Carmin (2008) cette autodidacte revient en ce début février avec Bleu Venise ( V2 Music / Universal). Elle complète ainsi sa palette tout en jouant sur la poésie de ses jeux de mots. Parrainée à ses débuts par Benjamin Biolay, elle affirme son style et sa douce rêverie à travers treize titres enchanteurs. Des élans de l’amour (Oublier la ville, Mélodie à personne, Hors temps) aux errances ensoleillées sous le ciel de Venise (Venise sous la neige, Portrait d’un vertige, Où va Lila Jane ?), Daphné se promène avec délice sur les rythmes (pop, folk…), les genres et les émotions, mais aussi les langues (deux morceaux sont interprétés en anglais dont le fantasmagorique The Death of Santa Claus). Musicalement moins expérimental, plus homogène que ces précédents albums, Bleu Venise, s’avère d’autant plus enveloppant et assure une impressionniste échappée belle.

Myspace : Daphné
Actuellement en tournée.

Mini clip : « Portrait d’un vertige« . Mais aussi celui de « Où va Lila Jane ? »

.
.

(Déjà) Incontournable :

Agnès Obel, ce nom court sur toutes les lèvres. Sa musique aérienne et profonde fascine, berce. Danoise, elle chante en anglais, vit à Berlin et franchit toutes les barrières grâce à sa voix et son délicat piano. Découverte avec Riverside, elle séduit depuis la sortie, en octobre, de Philharmonics (Pias) un large public.
Enfant, elle a appris le piano en famille, cet art passe de mère en fille. Les mélodies épurées de ce premier album trahissent sa culture classique. Elles apaisent autant qu’elles ouvrent les espaces intérieurs. Certains morceaux (Falling Catching, Louretta, Wallflower) sont entièrement instrumentaux. Chaque note trouve son chemin pour pénétrer les sens. La jeune chanteuse se risque également à la reprise avec Close Watch, John Cale, une reprise plus que concluante. Par des titres plus rythmés tels Just So et On Powdered Ground elle dégage des horizons plus clairs. Avec Agnès Obel, tant grâce à ses partitions qu’à son timbre habité , tout est question de vibrations, de profondeur, de mélancolie et d’éclats.

Myspace : Agnès Obel
Actuellement en tournée.

La vidéo de Just So, à voir aussi, celle de Riverside.

Anne-Laure Bovéron, journaliste

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: