Mao Zedong, Ben Laden, Proust, Verlaine, Machiavel, Sade, Jules Verne, Diderot … Chacun de ces noms nous est familier. Illustres, ces hommes l’ont été chacun à leur manière à travers leurs vies, leurs œuvres, leurs opinions, leur génie créateur ou leur folie meurtrière. Figures publiques ayant marqué leur temps et marquant encore le nôtre, ces vies hors du commun se retrouvent condensées dans l’ouvrage de Laetitia Bianchi, Petites vies des grands hommes.

A travers de courtes biographies, uniquement constituées d’anecdotes, nous (re)découvrons ces personnalités dans leur quotidien qui, pour la première fois, nous apparaissent plus proches et plus intimes que jamais. Bobos d’enfants, goûts culinaires, mimiques, mauvaises habitudes, passe-temps, surnoms, croyances, maladies ; l’auteure relate chaque événement qui ont marqué ces hommes de leur plus tendre enfant à leur mort certaine. Qui savait que Verlaine en 1873 aimait acheter des harengs au marché et se faisait appelé bobonne par Rimbaud ? Comment ne pas sourire lorsque l’on apprend que le jeune Hemingway refusant de manger des légumes fut constipé pendant neuf jours ? Et comment croire que Malraux refusait de porter des sacs de courses car « si le Général porte des paquets, il n’est plus le général de Gaulle» ?

Le récit est incisif, bref, net. Les biographies tiennent en deux pages. La brièveté de la vie ne s’en ressent que mieux. Les faits sont véridiques et les mots vivants, à tel point que l’on se sent personnellement interpellé par les citations de ces hommes et de leurs proches. L’intérêt n’est pas dans ce que l’on sait mais dans ce que l’on ignore. On s’étonne de tels détails, on s’amuse de réactions, on s’offusque et on s’oppose aussi mais on s’émeut de la mort qui arrive toujours à la fin. Laetitia Bianchi réussit à ôter le général et le célèbre de ces vies pour ne retenir que le détail, le précis, l’inutile. Et finalement, on apprécie chaque ligne pour ce quelle nous procure ; la sensation que tout homme illustre est d’abord un homme comme les autres (ou pas) et c’est probablement là, l’essentiel.

Petites vies des grands hommes, Laetitia Bianchi, éditions Le Tigre, 62 p., 6 euros, 2010, nouvelle éd 2011.
Première édition épuisée. Nouvelle édition 2011, certains textes sont allongés, d’autres ont fait leur apparition.

Aude Lambert.

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: