Emilie Simon sort aujourd’hui son nouvel album, Franky Knight, qui est aussi la bande originale du film La Délicatesse de Stéphane et David Foenkinos. Un disque électro-pop intime.

Dans Franky Knight, Emilie Simon conjugue les contes de fées et la douleur de la perte d’un être cher, les notes étincelantes, le vocabulaire amoureux et la musicalité de la langue de Molière et de Shakespeare. De sa voix fine et vibrante, elle trace des parcours entre les sentiments parfois violents, mais habillement maquillés, nés de la disparition. Sans le courrier de David Foenkinos sollicitant cette jeune artiste pour la bande son de son film, cet album, qualifié de « journal intime musical », n’aurait sans doute pas été connu du grand public. L’étrange coïncidence entre la fiction et la vie de la chanteuse a scellé la décision, la prise de risque pour confronter les salles obscures et la pudique création. Entre le chuchotement de la douleur et la démesure des grands écrans, Emilie Simon est parvenue à retisser son univers. Un monde doux et rassurant, fait de notes chaleureuses (piano, cuivres) et brillantes (sonorités électro ou notes de xylophone), de rêves protecteurs, de personnages fantasmés, du manque de l’autre et du tendre chant des mots d’amour qu’un décès ne saurait contraindre au silence.

Bien qu’aujourd’hui domiciliée à New-York, Emilie Simon, révélée avec son premier album éponyme en 2003, saluée pour la BO de La marche de l’empereur en 2005 et consacrée en 2006 avec Végétal, récompensée par le Prix Constantin, un César et trois Victoire de la Musique, reste une des créatrices françaises les plus surprenantes, explorant constamment sa propre musique. Pour l’ensemble de ces albums, elle a reçu mi-novembre le Grand Prix des musiques électroniques de la Sacem.

Premier single : Mon chevalier, clip réalisé par David et Stéphane Foenkinos

Site web d’Emilie Simon : www.emiliesimonmusic.com
La chaîne Youtube d’Emilie Simon. A (re)découvrir les Emilie Simon Bedford Avenue Sessions
Franky Knight (Barclay), disponible le 05 décembre 2011

Anne-Laure Bovéron, muze

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: