Avec Cyclo, Zazie signe un album d’une grande beauté, tourmenté et viscéral. Après un album conceptuel Za7ie qui laissait sur sa faim malgré ses 49 titres, la chanteuse française aux vingt et un ans de carrière plonge dans une gravité étincelante. Elle qui chantait la légèreté et l’insouciance à ses débuts, s’enfonce dans l’intime. Plus profond, et en cela plus sombre, ce huitième album studio colle à la peau par ses paroles et ses mélodies hypnotisantes.

« Oui, c’est un no-man’s land
Oui, c’est un bout du monde
Il y a des pièges et des remparts
J’ai posé des bombes
Oui, c’est à toi de jouer
Il te faudra chercher
Où sont les brèches dans le mur
Les larmes sous l’armure
Mais si tu viens toujours
Si tu viens toujours
Je laisse la lumière allumée
Laisse l’amour te guider »
(Si tu viens)

Arrangé avec l’aide d’Olivier Coursier, du duo AaRON, rencontré à l’occasion du titre La place du vide (Za7ie), et mixé par Tony Hoffer, Cyclo est selon l’artiste « écrit avant que le soleil se lève ». De cette pénombre, après l’insomnie (Vienne la nuit), jaillissent l’espoir et la lumière crue qui relève la bêtise des hommes (Tout) et les douces illusions entretenues (20 ans). Zazie emprunte certes des sentiers connus, déjà arpentés dans l’album Totem (2008), mais elle creuse son sillon, embrassant la complexité de l’âme humaine.
Souhaitant un album « organique », elle explore les nuances des battements de coeur, entre la course et le repos, entre l’extase et les morsures. Piqué de notes électro, de piano, ce disque invite à l’introspection. Exposée et retranchée, Zazie chante d’une voix au bord de la rupture, les méandres et la quête de soi : « Je suis le chat, Je suis perchée, Jamais là, Où tu vas me chercher Mais creuse encore, bel animal Puisque moi-même j’ai tant de mal A me trouver » (Cyclo).
Les onze titres de l’album ressemblent à une mise au point intime, évoque un besoin de délimiter et identifier à la fois sa personnalité, ses sentiments, ses sensations, ses besoins, ses doutes, reculs et élans (Les contraires, Je ne sais pas, Si tu viens, Temps plus vieux) et le monde qui s’agite autour d’elle (Mademoiselle, Où allons-nous ?, Mobile Homme).
Quant au titre de l’album, il résume à lui seul le message des onze morceaux et l’ambiance générale du disque. Il fait bien sûr référence à la cyclothymie, aux opposés qui tiraillent les êtres, à la profondeur des doutes et la brûlure du soleil. L’artiste explique « L’album s’appelle Cyclo parce que le monde est dangereusement cyclothymique. Je vois beaucoup de gens qui n’ont aucune raison d’être ni dans un enthousiasme forcené, ni dans une dépression aussi profonde. Faut-il qu’on soit élastiques entre ces moments de jovialité exacerbée et ces down vertigineux… »

Un album à découvrir de toute urgence.

 

Le clip officiel du titre Cyclo (réalisé par Christian Beuchet)

 


La photographie de la pochette, ainsi que les images du livret,
de Cyclo ont été réalisées par la photographe Sarah Moon

Zazie, Cyclo
Déjà dans les bacs.
Label : Mercury Records
Site web : www.zazieonline.com
Facebook : www.facebook.com/zazieonline
Twitter : @Zazieonline
En tournée : voir les dates

Anne-Laure Bovéron, muze

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: