chronique musique muze

Deux albums de la rentrée à découvrir !

Emiliana Torrini
Nous vous avions parlé de l’Italo-Islandaise dans le dossier Scandinavie du numéro de printemps 2011. Après cinq ans d’absence, elle revient avec Tookah (Rough Trade). La magie de sa voix est toujours au rendez-vous. Dans cet album, la folk, la pop et les arrangements électro se succèdent. Certains titres (Autumn Sun ou Home) sont dans la continuité de la douceur de ses premiers albums. D’autres sont plus électrisants (Speed of Dark). On est loin de ses débuts, il y a quinze ans, mais l’artiste n’effectue cependant pas un virage radical. Elle avait déjà déployé ces univers musicaux dans ses deux derniers albums. Elle aborde dans ses neufs derniers titres la sérénité (Tookah), l’épuisement (Fever Breaks), les manipulations amoureuses (Animal Games) ou l’absence d’un être cher (Elisabet). Le tout est assez sensuel. Si à la première écoute le disque peut surprendre, une deuxième écoute suffit à vous convaincre. Une fois de plus, Emiliana Torrini explore les facettes de sa propre personnalité sans perdre de vue le monde qui l’entoure. Une fois de plus, elle caresse et en appelle aux émotions les plus variées. Délicat et intense, doux et animal, Tookah (mot inventé par ses soins et conservé pour sa sonorité) s’impose dans la carrière d’Emiliana Torrini comme une nouvelle étape de la construction de son identité musicale. Laissez-vous charmer !

Extrait de l’album : Speed of Dark

Emiliana Torrini est actuellement en tournée. Elle sera le 7 novembre 2013 à Paris, au Trianon.
Site officiel : http://emilianatorrini.com
Page Facebook officielle

emilc3adana-torrini-speed-of-dark

 

 

Agnès Obel
Un piano, une voix et des notes en suspens. Agnès Obel, artiste Danoise installée à Berlin, a fait sensation en 2010 avec la sobriété de son premier album, Philharmonics. La voilà de retour avec un second album très attendu, Aventine (Pias). La recette semble la même et pourtant, un léger mouvement s’est opéré dans sa musique : elle a gagné en intensité. Il est donc difficile de résister à l’appel de la pureté de son timbre et de ses compositions. Le disque débute par Chord Left, un premier morceau uniquement au piano. Aventine est élégant et bouleversant. Il vous pousse à accompagner l’interprète et compositrice de votre propre voix. Dans les autres titres (onze au total), un violoncelle et parfois un violon offrent une autre ampleur aux arrangements dépouillés et à la voix de la trentenaire. La gravité d’Agnès Obel n’est pas pesante, au contraire. Sa musique donne la sensation, presque physique, d’une plongée dans les profondeurs. Rien n’y est dangereux ou violent, tout berce. Agnès Obel met en musique la volupté pure. Si tous les titres ont plus ou moins la même texture, Aventine est loin de lasser. Il fascine à tel point que saluer une chanson plus qu’une autre est impossible.

Extrait de l’album : The Curse

Agnès Obel est actuellement en tournée. Les concerts du Trianon sont complets. Elle sera au Grand Rex le 14 avril 2014.
Site officiel : www.agnesobel.com
Page Facebook officielle

agnes

Anne-Laure Bovéron, muze

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: