da silva-mu-ze-villa rosa

 

A découvrir en ce début novembre, Villa Rosa de Da Silva et Fugitives de Moriarty.

Da Silva, l’énergie électro-pop.
En ce lundi 04 novembre, Da Silva sort son 5e album : Villa Rosa. Dix titres, dix titres courts certes mais puissants, enregistrés en dix jours seulement. Avec ce disque, l’artiste poursuit son exploration des sonorités électro-pop et rock déjà amorcée dans son précédent album La distance et s’éloigne de la folk qui l’a fait connaître. D’album en album, son écriture s’affine et il manie avec plus de brio l’art des mélodies entrainantes, presque nerveuses, associées à des paroles marquantes, voire tranchantes. Il traîne dans ses arrangements des échos des années 80 (Gin Fizz, 20 ans) et des notes éthérées (L’été). Son univers reste marqué par sa vision du monde, un rien mélancolique, un rien désillusionnée. Néanmoins, l’ouverture sur les éclats, sur plus de légèreté est ici palpable. « Tu marches dans la ville Tu cherches un peu d’air Rien ne t’effraie Tu connais la rengaine Tout passe, tout passe Ce qui reste fracasse (…) Tu ne baisses jamais la tête, Ne courbes jamais l’échine Tu t’entêtes à faire mine Coureur de fond dans les tranchées arides Non dis non Dis non Dis non (…)  » Il y a sur ses partitions et dans ses mots une dédramatisation, une acceptation des émotions (La remise), du quotidien éreintant (Le coureur de fond), des chutes qui nourrissent les larmes (Paris) et de la lassitude (La tasse, Le puits, Un jour peut-être). A l’instar du premier morceau, Villa Rosa est une course effrénée dont on sort ébahi, exalté et comme soulevé de terre par une envie de chanter à s’époumoner aux côtés de l’artiste. Mention spéciale pour les titres Villa Rosa, Le coureur de fond, La tasse, 20 ans et Paris. Le tourbillon Da Silva a encore frappé !

Premier single, Villa Rosa

Da Silva, Villa Rosa
Dans les bacs le 04 novembre 2013
Label : [Pias]
Site officiel : dasilvaofficiel.com
Tumblr officiel : dasilvaofficiel.tumblr.com
Facebook & Twitter
En concert : le 12 février au Café de la Danse à Paris
Plus de dates à suivre…

DA-SILVA-VILLA-ROSA1

.

Moriarty, retour aux sources
Avec Fugitives, Moriarty, qui a explosé avec son titre Jimmy en 2007, salue les premiers songwriters américains (Hank Williams, John Hurt, Doc Watson…). C’est à l’occasion d’un hommage à Bob Dylan proposé par la Cité de la Musique que le groupe a décidé de se tourner plus franchement vers les fondateurs de leur musique. Fugitives prend la poudre d’escampette sur les traces du blues, de la country et de la folk. Un retour aux sources en forme d’hommage, bien sûr, où l’on croise à travers des reprises Blind Willie Mc Tell (The Crying Crapshooter’s Blues) ou Woody Guthrie (Pretty Boy Floyd), mais aussi Johnny Cash (Little Sadie) et Gainsbourg (Candyman). Ce troisième album est le premier pas vers une évasion. Le fil conducteur ? L’incomparable voix de Rosemary Standley, la chanteuse du groupe, qui alterne récits en anglais et en français (Matin pas en mai, Belle). Rappelons à ce titre que le nom du groupe vient en partie d’un des personnages du roman de Kerouac, Sur la route. Tout un programme ! Avec ses douze titres, dont des reprises et des duos, se dessine un univers singulier, faits de rencontres (souvent féminines), de fuites, de prisonniers, d’escrocs, de pères absents… Pour soutenir cette traversée du sud des Etats-Unis, des mélodies épurées où se croisent banjo et accordéon, caisse claire, guimbarde et guitare.

 

Premier extrait : Little Sadie

Moriarty, Fugitives
Déjà dans les bacs
Label : Air Rytmo
Site officiel : www.moriartyland.net
Facebook & Twitter
En tournée : dates

Moriarty-Fugitives

Anne-Laure Bovéron, muze

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: