BD

Dans le cadre de la 41e édition du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême et sous l’impulsion du ministère de l’égalité des gendres et de la Famille de Corée, découvrez du 30 janvier au 2 février 2014 l’exposition « Les fleurs qui ne se fanent pas ».

Conçue en trois parties (passé, présent et futur), cette exposition collective revient sur le système d’esclavage sexuel des femmes dites « de réconfort » insaturé par l’armée japonaise. Ces femmes, estimées à plus de 200 000, ont été enlevées et contraintes à se prostituer. L’exposition propose de découvrir leur histoire et de faire reconnaître ces faits historiques. L’oeuvre principale, composée de 100 planches réalisées à l’encre de Chine sur un papier coréen traditionnel, résulte d’une collaboration entre le scénariste Jeong Ki-young et le dessinateur Kim Gwang-sung. Une vingtaine d’auteurs coréens sont également exposés, tandis que le film d’animation inédit, Une histoire pas encore finie et le court métrage Herstory de Kim Jun-ki seront projetés.

Exposition Les Fleurs qui ne se fanent pas
Caves du théâtre d’Angoulême
du jeudi 30 janvier au dimanche 2 février 2014, 10 h/19 h
Production : Gouvernement coréen, Komacon, Association coréenne pour le manhwa
Commissariat et scénographie : Shin Myeong-hwan.

 

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: