gabarit copie

Vous avez pu lire ces auteures dans les pages de votre muze.
Découvrez aujourd’hui leur actualité !

Mina Tindle : vous avez découvert la chanteuse dans les pages actu de notre numéro de l’été 2012, aujourd’hui le premier extrait de son deuxième album, Love letter, est en écoute. L’album sortira en septembre 2014.

 

Virginie Megglé (dossier manger, printemps 2012) vient de publier « Le bonheur d’être responsable, vivre sans culpabiliser » aux éditions Odile Jacob.
Un ouvrage pour adopter pas à pas un regard différent sur ses actes et se préserver du tenace, douloureux et parfois insensé sentiment de culpabilité. Présent à tous les âges de la vie, dans bien des situations, il est parfois plus ou moins conscient mais peut gâcher le quotidien voire une vie. Pour en finir avec « ce poison intérieur », la psychanalyste vous donne des pistes et des clés.
En librairie depuis le 13 février 2014.

41G4cFntXML._

 

Stéphanie Hochet (dossier actu, automne 2010 et à lire dans un prochain numéro) publie « Éloge du chat » aux éditions Léo Scheer.
La romancière fait un petit détour par l’écriture d’un essai pour évoquer la figure mythique du chat, compagnon des écrivains dit-on mais aussi l’animal domestiqué le plus libre et indépendant qui soit. Fascinant, son image hante l’Histoire et la littérature. Stéphanie Hochet propose une promenade féline, teintée d’analyses psychologiques et parsemée de citations littéraires.
En librairie le 2 avril 2014.

Mise en page 1

Extrait :
« Il y a une peur et un mystère. Le mystère chat que nous ne parvenons pas à saisir. Il semblerait que nous nous reconnaissons en lui. On retrouve en effet beaucoup de caractéristiques humaines chez le chat. Se peut-il que nous ayons attribué certains de nos défauts et qualités à l’animal aux griffes rétractiles? La littérature a beaucoup parlé du chat, le décrivant comme un mandarin gras et cruel, comme une femme amoureuse, comme un être rebelle ou un représentant du pouvoir…
Cet animal a inspiré l’homme dans ses représentations les plus importantes, qu’il s’agisse de la liberté, du pouvoir, de la féminité ou de la divinité. Il fut honni de la communauté humaine après avoir été divinisé. Le félin incarne les excès. Il les incarne avec aisance. Et ceci grâce à une qualité qu’on ne pourra pas lui enlever: la flexibilité. (…)
Le chat a ceci de commun avec Shakespeare que tout, absolument tout a été écrit sur lui, y compris qu’il n’existait pas. À nous de prouver qu’il existe. Et s’il a tant inspiré les plumes, c’est qu’à l’instar de Shakespeare, il est l’un des plus puissants miroirs de l’humanité qui fut.
Approchons donc le miroir du chat pour voir si le reflet renvoie l’image de l’homme ou peut-être l’autre part de la psyché humaine, l’inconscient que chacun promènerait comme son ombre – après tout, qu’est-ce qui ressemble autant à une ombre qu’un chat? »

 

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: