last days of summer muze

« Long week-end » de Joyce Maynard adapté au cinéma par Jason Reitman, avec Kate Winslet et Josh Brolin.

Henry vit seule avec sa mère, Adèle, dépressive depuis des années. Son père les a quittés pour vivre une « vie normale » avec sa secrétaire. Henry prend soin de sa mère du mieux qu’il peut, mais il sent bien qu’il ne pourra jamais entièrement combler le vide qui l’habite. Il sent par ailleurs que cette béance est d’une nature qui le dépasse largement.
A quelques jours de la rentée, Henry essaie les vêtements de son placard. Ayant grandi durant l’été, il doit refaire sa garde-robe. Tant bien que mal, Adèle le conduit, tremblante, au supermarché pour les courses mensuelles. Dans les allées du supermarché, Henry se retrouve face à un homme blessé à l’abdomen et à la cuisse, qui le pousse à l’aider. Il exige d’Adèle qu’elle le conduise chez eux. L’évadé de prison pour meurtre s’avère plus prévenant que dangereux. Il veille à la sécurité et à l’image de la famille, répare la maison le temps de reposer sa jambe, cuisine… Petit à petit, une relation inattendue s’installe entre Henry, Adèle et Frank.

Last days of summer est un drame délicat et intimiste qui donne la parole aux trois héros. Il est question de la relation d’un adolescent à sa mère, des espoirs d’un enfant pour sa mère, des désirs et des manques des adultes, de la complexité des histoires personnelles. Il est troublant de constater à quel point les trois acteurs de ce quasi huis clos interprètent intensément leur rôle, conférant ainsi aux sentiments de chacun une réelle dimension, une véritable épaisseur et une vraie place dans la narration. Les peurs d’abandon de l’adolescent sont aussi touchants et troublants que le réveil à la vie de sa mère, que le bagage du prisonnier qui pèse sur sa conscience. Le tout est très habillement conté, entre présent et flash-back indécis.
Les images laissent la part belle aux silences, aux jeux d’ombre et de lumière. Chaque geste est filmé dans le détail. La luminosité de la fin d’été et la moiteur d’août participent à la beauté esthétique, certes un rien académique, et à la sensualité du film. Ce drame, teinté de suspense, est un beau moment de cinéma.

Bande-annonce

Last days of summer de Jason Reitman
d’après le roman « Long week-end » de Joyce Maynard, aux éditions Philippe Rey
avec Kate Winslet, Josh Brolin et Gattlin Griffith
Actuellement en salles.

Anne-Laure Bovéron, muze
Photo : © Paramount Pictures France

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: